« it’s my art and it’s dangerous »

« C’est mon art, et il est dangereux ». Ainsi s’exprime Delia Deetz, artiste new-yorkaise exilée contre son gré dans la maison de campagne familiale qui abrite les aventures de Beetlejuice, film de Tim Burton, sorti en 1988.

Derrière l’humour sarcastique du film, qui se moque volontiers des figures branchées de la scène artistique du New-York des années 80, nous observons un travail de décoration très pertinent et une vraie culture du design. En effet, les sculptures de Delia, ainsi que la maison et son mobilier semblent être des détournements « gothiques » des produtions des designers du groupe Memphis-Milano, alors très en vogue dans les années 80.

Yancy Calzada, travaillant sur la création des sculptures du personnages de Delia.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :